Devenir Bienveillant ?

Parce que la Bienveillance est au cœur de l’action du CGBB, nous aimons connaître la relation que nos membres ont avec cette valeur. Aujourd’hui nous sommes enchantés de vous proposer le merveilleux texte de notre amie Martina Kieser.

 

Devenir Bienveillant ?

Est-ce être authentique et sincère ? Naïf et idéaliste ? Hypocrite et manipulateur ?

 

Tout d’abord une question au sujet de laquelle je tiens à vous prévenir de suite, elle appelle à de multiples réponses parmi lesquelles je vous laisse la liberté de choisir…

“Les paroles et les promesses doivent s’incarner pour devenir et rester vraies !”

J’aimerais ainsi débuter notre réflexion par cette citation à laquelle je tiens tant, aussi bien dans ma pratique professionnelle que dans la vie tout court.

La bienveillance une promesse à renouveler constamment pour qu’elle ne perde ni sa saveur ni sa justesse ? Une illusion qui nous fait du bien?

La bienveillance a autant de voix d’expression qu’il y a de visages humains.
Elle m’intrigue depuis si longtemps ! Comme l’obscurité touche de près à la lumière, les tentatives de manipulation sous couvert de la bienveillance se trouvent aussi dans ce vaste paysage des relations sincères en quête de bonté.

Souvent, l’être humain a un besoin irrépressible de se donner bonne conscience et habille spontanément ses actions en “actes bienveillants”. A défaut de porter un regard critique sur nos intentions, celles qui sont nobles et celles qui sont moins louables, nous nous cachons inconsciemment derrière des “principes” comme la bonté et la bienveillance, que nous croyons synchrones avec nos actions et qui nous valorisent aux yeux des autres et à nos propres yeux.

Qui n’a pas déjà entendu un manager proclamer : “C’est bon pour toi d’être défait de telle ou telle responsabilité, cela te poussera à faire des efforts sur d’autres points”.

De toutes les manières, la personne consciemment bienveillante évite en général les formules, comme “c’est bon pour toi”. Elle est plutôt dans le questionnement “qu’en penses-tu ? Et si …”

 

Etre Bienveillant

Etre bienveillant est synonyme de savoir prendre le risque que l’autre ne veuille/ne fasse pas ce que je voudrais.
Et puis, existent aussi ces tentatives de manipulations conscientes : Faire croire à l’autre qu’il a un réel bénéfice en allant dans notre sens tout en lui faisant croire que nous, de notre coté, nous sommes désintéressés.

Je ne sais pas si vous avez déjà rencontré un être complètement désintéressé ? Personnellement, j’ai rencontré des personnes très généreuses, sans arrières-pensées, d’une simplicité naturelle dans l’amitié et libre de tout jugement moral. Leur intérêt était bien réel, c’est à dire, tout simplement, ressentir du bonheur en agissant ainsi, recevoir en retour sans calcul et sans déterminer ni le moment ni le quoi du retour.

Selon moi, on y entrevoit là la bienveillance.

Finalement, à regarder de près, tout commence par la relation que l’on entretient avec soi-même.
Ne dit on pas : “Charité bien ordonnée commence par soi-même” ?

 

Un petit détour par Saint Thomas d’Aquin

“L’amour de l’homme pour soi-même est comme le modèle de l’amour qu’il doit avoir pour le prochain. Or le modèle l’emporte sur la copie. L’homme doit donc s’aimer soi-même de charité (Amour-Partage) plus que le prochain.”

 

Notre socle pour entretenir des relations authentiques et sincères est notre confiance en nous.
En langue allemande, on qualifie quelqu’un qui a confiance en soi de “selbstbewusst”, c’est-à-dire conscient de soi, de son soi, de sa valeur.

 

Être bienveillant envers soi avant de l’être avec les autres, comment ça marche concrètement ?

De temps en temps, prenez des moments d’introspection ! Appliquez à vous-même une sincérité sans filtres : Quelles sont mes véritables intentions ? Lorsque je pense être dans la bienveillance, quel autre sentiment pourrait m’animer en parallèle ?
Chacun de nous, cela tient à notre condition humaine, a une dimension ambivalente en soi. On peut vouloir bien faire et en même temps vouloir donner une leçon à quelqu’un.
Cependant, ce n’est pas pour autant que nous ne soyons pas bienveillants.

Le questionnement sans filtre nous permet de rester humbles.

Enfin, peut-être m’objecterez-vous : A quoi bon d’être humble dans une société individualiste, égoïste et narcissique ?
L’humilité est un merveilleux antidote contre tous les mouvements d’exclusion. Lorsque j’accepte que ma différence n’est pas forcément celle de l’autre, je ne me sens pas menacé en permanence par les personnes qui ne partagent pas ma vision.
Selon moi, c’est un profond témoignage de bienveillance de laisser sa place à la différence.

 

Bienveillance ou idéalisme forcené ?

Cela dépend où vous placerez votre curseur. La bienveillance est-elle innée ou acquise ? Son absence une fatalité ?
Je ne trancherai pas la question.
Quoiqu’il en soit, tout au long de mon parcours, j’ai pu observer qu’elle s’apprend et qu’elle engendre un cercle vertueux. Au moment où vous entrerez dans ce cercle vertueux et durant lequel vous aurez la patience d’attendre afin de récolter “vos fruits” à l’instant où vous l’attendiez le moins, vous entrerez dans l’aura de la bienveillance.

“Les paroles et les promesses doivent s’incarner pour devenir et rester vraies” disais-je au début de cet article et je rajouterais : “l’intention doit précéder l’action”.

Le genre de commentaire : “Je lui ai donné une promotion donc je suis bienveillant puisque je n’y étais pas obligé” est très perfectible.
“Je voudrais qu’il s’épanouisse professionnellement, je lui donne une promotion et je regarde s’il a besoin d’être accompagné sur ce chemin” est plus proche de la bienveillance, non ? Mais cela demande plus d’implication, plus de don de soi…

Depuis les temps anciens, la règle d’or, un mode de vie quasi transculturelle, nous guidait pour réguler la vie en société : “Ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse” !

La bienveillance à l’ancienne ?

Essayons une reformulation positive : “Traite autrui comme tu aimerais être traité par lui”. Se concentrer sur le meilleur de l’homme pour réduire le penchant du pire.

 

Peut-on être bienveillant tout le temps ?

Au risque de choquer les âmes sensibles, ma réponse tend vers le non car comment se distinguer par la bienveillance si elle est omniprésente ?

Je propose plutôt le défi de la façon suivante : Comment choisir et partager des actions bienveillantes en société ? Inspirons nous d’Emmanuel Kant.

Kant énonce trois maximes déterminant d’abord un mode de pensée pour l’homme :

1. – Penser par soi-même. Un penseur libre est celui qui sait se dégager des préjugés insidieux qui ont le bénéfice de la facilité.
2. – Penser en se mettant à la place de l’autre, ce qui signifie que l’homme soit capable d’élargir sa pensée, de se décentrer.
3. – Penser en accord soi-même, ce qui suppose un accord entre sa pensée et soi-même. Je ne puis convaincre qu’à condition d’être moi-même convaincu.

 

Et si la bienveillance était plutôt un chemin qu’une destination ?

Un chemin sur lequel nous nous dégagerons constamment de nos préjugés, où nous nous mettrons systématiquement à la place de l’autre et où nous serons en harmonie avec nous-mêmes.
Sur un tel chemin des moments ponctuels de naïveté et de manipulation ne pourront pas l’emporter si nos efforts sont partagés.
Un chemin qui vaut la peine d’être emprunté !

Qu’en pensez-vous?
Amicalement
Martina Kieser, Membre du CGBB

 

Pour rejoindre Martina et devenir vous-même Membre du CGBB

Vous partagez nos valeurs et souhaitez nous rejoindre : Cliquez ici

#bienveillance #entrepreneur #entreprise #business #avenir #cgbb #paris #cgbbjensuis #Networking #Madeinfrance #ecologie #rse Franchement Bien

Découvrez aussi …

Que pensez vous du Networking ?

Que pensez vous du Networking ?

Le Networking par Alexandre FAVRE   "Je suis très surpris par le manque d’intérêt de l’éducation nationale pour le Networking. Comment penser qu’il est inutile d’enseigner à nos adolescents que leur vie sera jalonnée de rencontres et que beaucoup de ces...

Fresque de l’Innovation Frugale

Fresque de l’Innovation Frugale

Fresque de l'innovation frugale   Mardi soir, nous avons exploré ensemble les principes de l'innovation frugale lors d'une soirée inspirante qui a mis en lumière l'importance pour chacun de nous – entreprises, politiques et individus – de prendre nos...

La vie c’est comme… ;)

La vie c’est comme… 😉

"La vie c'est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber 😉 ."   Cette célèbre réplique du film Forrest Gump résonne étrangement lorsqu’on pense à l’expérience unique offerte par le CGBB. Tout comme chaque chocolat cache une saveur...